•  

    lakevio.jpg

    Je récidive en vous proposant Sans les O ! 
    Est-ce que cela sera plus facile ?...
    A voir ! A tenter !
    C'est assez tordu, ce truc, euh, assez bizarre !

    Consigne 2 : c'est plus amusant de corser la chose, euh, de compliquer, enfin je veux dire d'épicer le dernier devoir travail avant les vacances !... 
    Vous écrivez une lettre à votre frère dès votre arrivée en villégiature dans la villa héritée de vos parents. Villa que vous partagez avec lui chaque été, lui en juillet, vous en août... (là, je ne peux pas enlever les o...)
    Lecture lundi.
    Après, pause d'été, promis, ah zut !  euh... en vérité

     

    Cher Emmanuel

    Tu ne vas pas aimer cette lettre. Tant pis !

    Finalement je m'ennuie ici. Des champs, des champs, des vaches, des vaches et la rivière. Rien d'autre . Ah si : ce ciel bleu et cette chaleur qui me contraignent à mettre ce chapeau ridicule.

    Bref j'ai décidé de vendre cette baraque. Je sais que tu y es très attaché mais c'est décidé. Les parents, l'enfance, les vacances et gna gna gna, inutile de me bassiner avec ça !Je suis décidée.

    Avec l'argent je m'acheterai un appartement à la mer, c'est tellement mieux !

    Je ne suis pas sûre que tu aies l'argent nécessaire à racheter ma part ? Essaye un emprunt à la banque, demande à ta femme avec ses parents pleins aux as, fais la manche... je m'en fiche !

    Je ne veux pas que ça traîne : en cas de silence de ta part, j'irai vendredi à l'agence de la Place du Maréchal Juin la mettre en vente. Il paraît que ça part très bien.

    En attendant je pars de ce pas m'acheter un ensemble de bain et  une serviette de plage. Ca remplira ces heures d'ennui et ce sera déjà une première étape vers ma délivrance.

    Ta frangine que tu vas haïr mais qui s'en fiche !

    Renée


    3 commentaires
  • Mab

     

     

    J'ai appris hier la triste nouvelle.

    C'était un peu le début des blogs, je racontais les mésaventures de PJF dans ses essais infructueux pour réussir dans la profession qu'elle s'était choisie (depuis l'enfance) : être actrice. Elle allait d'échec en échec et surtout de déceptions en déceptions et de promesses non tenues en promesses non tenues.

    Ca s'est un peu, seulement un peu , arrangé maintenant qu'elle a son école de théâtre et qu'elle a un Agent qui essaye de l'aider. Disons que la situation est moins désespérante.

    Je racontais donc ça, de notes en notes, et un jour j'ai reçu un mail de Mab (qui me lisait et que je lisais) me proposant de me présenter un très bon ami à elle qui partageait la vie d'un Agent très connu. Elle me donnait rendez-vous dans le restaurant de cet ami dans le quatorzième arrondissement. Je ne me souviens pas pourquoi PJF n'est pas venue avec moi, il devait y avoir une raison.

    Inutile de dire combien j'ai été touchée de cette proposition que j'ai aussitôt acceptée.

    J'ai trouvé le petit restaurant et j'ai rencontré Mab, charmante petite femme énergique, bienveillante et droite (ce sont les trois adjectifs qui me viennent à l'esprit), accompagnée de sa soeur handicapée. Elle me présenta l'ami, très sympathique, qui accepta d'essayer d'obtenir un rendez-vous pour ma fille.
    Et le déjeuner à trois filles fut très agréable, nous avons parlé de tout et de rien, à batons rompus,  et nous nous sommes promis de nous revoir.

    PJF a eu le rendez-vous mais ça n'a rien donné. Ce n'est pas de la faute de Mab.

    Une autre fois, toujours par mail, elle m'a proposé de passer la voir sur ma route vers "ma" campagne, c'est en effet sur le chemin. Malheureusement à cause de mes deux chats que je n'aurais pas trouvé sympa de faire poireauter une à deux heures de plus dans leurs paniers dans la voiture j'ai dû décliner. Je le regrette.

    Son blog rayonnait de son amour pour sa famille : son mari, sa soeur maintenant décédée, sa Fille Unique comme elle l'appelait et ses quatre beaux petits enfants. Je pense à leur chagrin aujourd'hui...

    Voici une personne que je n'oublierai pas. Décidément les blogueurs c'est comme les animaux de compagnie : source de chagrin...


    3 commentaires
  •  

    Le jeu de Lakévio

    Fernando Saenz Pedrosa Tutt'Art@ (37)

     

    Le train arrive enfin ! Et dire que mes parents me croient au lycée. Le temps qu'ils soient prévenus je serai déjà loin ! En plus au cas où il viendrait à l'idée de quelqu'un que j'ai pu me rendre à la gare, ils seront persuadés que j'ai pris un train pour Paris, moi qui n'ai pas arrêté de clamer mon envie d'y aller. Jamais ils n'imagineront que j'ai pu prendre la direction de Lyon. Je suis maligne : j'ai choisi un horaire où les deux passent à peu près en même temps, à un quai près !

    J'en ai fini avec eux ! Avec les jérémiades de ma mère qui trouve toujours quelque chose à redire à ma façon de m'habiller, aux copines que je me suis faite, à l'état de ma chambre etc,  et avec la colère de mon père concernant mes notes ou les garçons. Comme si les quelques flirts que j'ai eu comptaient !! Ils n'auront qu'à reporter leurs exigences jamais satisfaites sur mon petit frère. Le pauvre !!

    Moi j'avance vers la Vie, la vraie. Plus de cours , plus de profs exaspérants. Je vole vers mon Amour.

    Quentin !

    Pas un des gringalets de ma classe, ça non ! Un homme un vrai : vingt-cinq ans. Acteur de cinéma et d'après la photo, le physique d'un jeune premier. Mélinda à qui j'ai montré sa photo sur l'ordinateur m'a dit : "ce n'est pas un acteur du temps de nos parents ? Delon je crois ? " Quelle idiote ! C'est mon Quentin !
    " Mais s'il est acteur, il joue dans quel film ? " " Il tourne actuellement, il n'a pas le droit de le dire, seulement lorsque le film sortira". "ah bon". Elle a quand même cru bon d'ajouter que ses parents l'avaient mise en garde contre des prédateurs sur internet. Moi aussi bien sûr, ils m'ont assez bassiné avec ça. Quentin et moi avons beaucoup parlé, en fait des nuits entières, c'est un être exceptionnel.

    Nous avons exactement les mêmes goûts. Quand je lui dis que j'aime quelque chose, et bien justement lui aussi. C'est ce que l'on dit des âmes soeurs, non ?

    Il m'a donné une adresse à Lyon et m'a bien recommandé de n'en parler à personne, pas aux parents bien sûr, ça ça ne risquait pas, mais pas à une amie non plus "les gens sont si jaloux m'a t il dit, ils menaceraient notre bonheur". Il a bien raison et j'ai dit à Mélinda que j'avais rendez-vous à Paris.
    Mais , en fait, on ne va pas rester à Lyon, on y reviendra plus tard, il a la chance d'avoir un maison à la campagne. Avec des chevaux, mon rêve ! Il m'attendra avec sa voiture à l'adresse qu'il m'a donnée et hop ! En route vers le bonheur !


    8 commentaires
  •  

     

    ann mortimer 15

     

    Ils nous ont dit de ne pas prendre nos affaires. Qu'elles nous seraient expédiées plus tard. Alors nous avons juste pris de quoi pique-niquer dans le car. Le voyage sera paraît-il assez long. C'est bizarre quand même : de toute la maison de retraite, les seuls qui vont être déménagés sont ceux qui n'ont pas de famille. Les autres restent.
    J'avais mon mari et ma soeur mais les deux sont morts ces dernières années.


    Je regrette de changer d'endroit, je me plaisais bien aux Bruyères. La ville était accessible à pieds comme ça nous n'avions pas l'impression d'être coupés du monde. J'espère que la suivante sera aussi bien placée.
    La mère Lagarde n'arrête pas de pleurer, cette idiote. De toutes façons c'est quelqu'un qui se plaint tout le temps parce que son fils unique habite en Chine et qu'elle ne l'a plus vu depuis au moins cinq ans. Effectivement si c'est comme ça je préfère ne pas avoir eu d'enfants !

    Et puis avoir des enfants dans un monde pareil... Nous sommes déjà tellement nombreux qu'il n'y a plus assez d'écoles pour accueillir tous les enfants, ni de places dans les hôpitaux. Ils l'ont dit à la télé, avant qu'ils ne la supprime, je me demande bien pourquoi, soi-disant qu'elle était tombée en panne.

    Il a y une rumeur qui circule qu'ils allaient transformer les maisons de retraites en établissements scolaires ou en casernes, parce que ça par contre, qu'est ce qu'ils recrutent ! A ce train un jeune sur deux sera dans l'armée. Je ne donne pas cher de la démocratie. Déjà qu'il y aurait à redire avec toutes ces nouvelles réformes, toutes plus étranges les unes que les autres. Celle par exemple de ne plus admettre dans un hôpital les plus de soixante-cinq ans ! Heureusement que je suis en bonne santé mais il paraît que les pompes funèbres ne chôment pas.

    C'est d'ailleurs pourquoi ils nous déménagent : ils ont regroupé ceux qui restent au deuxième étage et le premier sera occupé par les militaires en formation. Ca va être bien bruyant pour les pensionnaires, je ne les envie pas !

    Quand même je me demande où ils nous emmènent ? Certains l'ont mal pris et voulaient écrire à des journaux (pour ce qu'il en reste !) ou au maire ou je ne sais quoi, mais ils n'ont pas eu le temps, le départ s'est fait si vite...

    Monsieur Laurent a protesté car ils ne lui ont pas laissé le temps de prendre sa canne qui lui sert pour ses promenades : "vous n'en aurez plus besoin ! " lui a lancé le chef en rigolant. Est ce que cela signifie qu'il n'y aura pas de parc attenant à la maison de retraite ou qu'ils vont lui réparer sa jambe (opération qui lui avait été refusée l'année dernière puisqu'il a plus de soixante-cinq ans) ?

    Bah... qui vivra verra !


    7 commentaires
  •  

     

    Le jeu de Lakévio

     

    Igor Levashov

     

    Ma petite Emilie.. tu permets que je t'appelle Emilie ? Je t'offre ces fleurs d'un blanc aussi pur que toi dans la fraîcheur de ta jeunesse.

     

    Tu es si jolie !

     

    Comme tu le sais j'ai beaucoup discuté avec ton père -qui est un ami très cher- de ton avenir. Ce cher homme trouve très difficile de vous élever seul, tes soeurs et toi, depuis le décès de votre pauvre maman. Il se fait beaucoup de souci et voudrait vous voir toutes les trois en sécurité au sein d'un foyer aimant.

     

    Pour ma part mon veuvage récent me contraint à trouver une mère pour mes deux enfants et la proposition de ton cher Papa a tout de suite trouvé un écho en moi.

     

    Non non, ne dis rien, laisse moi continuer.

     

    Je sais que je suis bien plus âgé que toi et que même , Anatole, mon aîné est à peine plus jeune que toi. Mais ne t'inquiète pas, j'ai bien l'intention de les mettre tous les deux en pension après notre mariage. Je sais combien un couple tout neuf a besoin d'intimité et ça ne leur fera pas de mal, ils ont été beaucoup trop gâtés par leur mère qui faisait montre d'une grande faiblesse envers eux.

     

    Ne prends pas cet air offusqué, c'est parce que j'ai parlé d'intimité ? Mais ma chérie je me fais fort de te faire découvrir les joies indicibles de l'amour charnel entre un mari et sa femme  et justement tu pourras compter sur ma longue expérience, puisque, je le concède j'approche les soixante-cinq ans. C'est dire ma connaissance des femmes car je me suis marié sur le tard. Je peux tout t'enseigner et te révêler à toi-même, bien mieux qu'un "perdreau de l'année" !

     

    Oh, je te choque ? N'en parlons plus, nous verrons ça plus tard.

     

    Tu n'as pas l'air contente ? Tu n'aimes pas les roses ? Ou bien c'est moi qui ne te plaîs pas ? A cause de ma canne ? De ma calvitie ?  Il faut dépasser la superficialité de ton âge ma petite Emilie, derrière mon apparence un peu vénérable se cache un corps encore fougueux, tu le découvriras et plus qu'à ton tour  !

     

    Ne grimace pas ! Il faut que tu saches que  je ne tolèrerai aucune insolence et je ne me suis pas privé de corriger comme il le fallait mes deux garçons et ce malgré les protestations de leur mère. Tu trouveras en moi un amoureux fervent mais également un maître, je sais combien les jeunes filles ont besoin d'être guidées et sécurisées . C'est ce que ton père attend de moi.  Il est fatigué de vos extravagances.

     

    Dans l'hypothèse, fort peu probable, où tu refuserais ma proposition d'un foyer aimant et stable, il se verrait dans l'obligation de prendre d'autres dispositions bien moins séduisantes tu le découvriras , pour te mettre à l'abri des dangers et folies de la jeunesse, il s'est déjà renseigné sur des institutions religieuses réputées pour leur fermeté et leur efficacité à mater les plus rebelles.

     

    Ne pleure pas ! Ma femme pleurnichait toujours, que les femmes sont agaçantes avec leur sensiblerie maladive !

     

    Mets ces fleurs dans de l'eau, Emilie , avant qu'elles se fanent, elles m'ont quand même coûté fort cher. Et réflêchis bien au choix que tu vas devoir faire : l'éveil des sens et le bonheur auprès d'un homme solide et protecteur qui te mettra à l'abri de tout, même de toi-même, ou bien le confinement et les prières.

     

    Allons... sèche tes beaux yeux, pense que tu n'as plus aucun souci à te faire concernant ton avenir, tu n'as qu'à te laisser porter. Il n'y a pas beaucoup de filles de 16 ans qui peuvent en dire autant que Diable !


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique