• Bzzzzzz

     

     

     

    Voici une fable de Monsieur de La Fontaine, que chacun connaît bien.

     

    fable cigale_fourmi_epinal_1

     

     

     

     

     

    Je vous propose d'en réécrire l'histoire dans un style différent.

     

    Nouvelle, Témoignage, Théâtre, Intrigue policière, Biographie, Conte, Publicité...

     

    Ou bien, Compte-rendu sportif, Actualité TV, article de presse ...

     

    Vous avez le choix ! 

     

     

     

     Décomposez, recomposez.

     

    Compiliation des oeuvres, lundi !

     

     

     

    Le Commissaire : Nom , Prénom, Profession

     

    Madame Abeille : Abeille, Maya, fabrication de miel

     

    Le Commissaire  : Bien, commençons par le début : c'est vous qui nous avez appelés lorsque vous avez aperçu la victime ?

     

    Madame Abeille : Oui Monsieur le Commissaire, j'étais tellement... tellement choquée.

     

    Le Commissaire : Que faisiez-vous mercredi après midi au 5 rue des Myosotis ?

     

    Madame Abeille : Pas au 5, Monsieur le Commissaire, mais disons dans le coin. Je travaillais. Il n'y a que dans ce coin qu'on trouve encore quelques fleurettes qui résistent au froid. Mes dernières marchandises avant le gel Monsieur le Commissaire.

     

    Le Commissaire : D'accord. Et vous dites avoir entendu une dispute ?

     

    Madame Abeille : Ah ça oui ! Bah, ce n'était pas la première fois, Madame Fourmi, paix à son âme, s'emportait facilement, elle n'était pas commode. C'était une personne qui travaillait dur, alors les feignants, les rêveurs, les contemplatifs, elle ne les supportait pas.

     

    Le Commissaire : Et après qui en avait elle cette fois ci ?

     

    Madame Abeille : Je ne suis pas sûre mais il m'a semblé reconnaître Mademoiselle Cigale, vous savez cette charmante personne qui nous enchante tout l'été sur la place du village de ses danses.

     

    Le Commissaire : Ah.. Mademoiselle Cigale... si gracieuse ... Mais je n'imagine pas ces deux là devisant ensemble, elles n'ont rien en commun, l'une pleine de vie, l'autre si sévère....

     

    Madame Abeille : J'ai ouï dire que la Demoiselle était en difficulté, peut être sera-t-elle allée demander de l'aide ?

     

    Le Commissaire : Nous allons le savoir tout de suite, ma chère, une autre personne avait mentionné son nom, je l'ai convoquée. Entrez Mademoiselle, Nom , Prénom, Profession !

     

    Mademoiselle Cigale : Cigale , Esmeralda, Intermittente du spectacle

     

    Le Commissaire : Mademoiselle Cigale, on nous a rapporté une dispute mercredi avec la défunte Madame Fourmi.

     

    Mademoiselle Cigale : C'est vrai Monsieur le Commissaire, nous nous sommes disputées. Je voulais lui emprunter de quoi vivre cet hiver, elle m'a ri au nez. Elle m'a dit de chanter, comme si ça allait m'empêcher de mourir de faim ! C'est une mauvaise personne.

     

    Le Commissaire : C'était, elle a été retrouvée, peu après votre passage, baignant dans son sang ! Qu'avez vous à dire Mademoiselle ?

     

    Mademoiselle Cigale : Je n'ai rien fait ! Je lui en voulais bien sûr de me refuser quelques miettes de ses innombrables richesses, mais jamais je ne lui aurais fait de mal ! Après tout elle pouvait se les garder ses pucerons sèchés !

     

    Le Commissaire : Et comment savez-vous qu'elle avait des pucerons sèchés ? Nous avons examiné ses réserves : il n'y en avait pas !

     

    Mademoiselle Cigale : heu...

     

    Le Commissaire : Mademoiselle Cigale, vous êtes en état d'arrestation. Je vais envoyer un de mes agents chez vous voir si, des fois,  ces fameux pucerons ne s'y trouveraient pas. J'en mettrais mon aile à couper (Le Commissaire est un gros bourdon) ! Et si c'est bien le cas, vous serez accusée d'homicide.. heu je veux dire d'insecticide !

     

    Mademoiselle Cigale : Pitié Monsieur le Commissaire ! J'étais en colère mais je ne voulais pas la tuer, en tombant sa tête a heurté le coin d'un meuble , après il y avait du sang partout alors j'ai pris peur... Pitié, je voulais juste qu'elle me donne un peu de ses abondantes réserves qu'elle amassait tout l'été... juste un peu pour ne pas mourir de faim !

     

    Madame Abeille : Pour avoir des réserves, il faut travailler Mademoiselle !

     

    Mademoiselle Cigale : oh vous me tenez les mêmes discours qu'elle qui m'a même conseillé de chanter, comme si ça allait me nourrir ! Vous n'êtes toutes que des rabat-joie !


  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Janvier 2019 à 18:51

    Excellent ! Peut-être suis-je revancharde ?... J'ai toujours tellement eu envie de baffer cette infâme fourmi ! Et j'adore les cigales. Et puis, chanter, c'est un vrai travail !

    Merci, Colombine.

    2
    Sophie
    Lundi 28 Janvier 2019 à 20:34

    Ah les pucerons séchés, il paraît que c'est plein de protéines et je suis certaine que cette mauvaise fourmi minuscule n'avait pas besoin de pareille réserve !

    Comment savait-elle d'ailleurs que Melle Cigale chantait : elle l'écoutait gratis les soirs d'été !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :