• Délayons, délayons...

     

    La rallonge

     

     

    rainbow-trout-stream by-jon-q-wright

    Truite arc-en-ciel par Jon Q. Wright

     

    Une partie de pêche.

    Un jeudi, de bon matin, debout sur une roche, je laissai flotter ma ligne dans le tourbillon des belles eaux claires. Ah, quel bonheur, quand au bout de quinze à vingt minutes, en allongeant et retirant lentement l'amorce sur l'eau agitée, tout à coup une secousse répétée m'avertit que le poisson avait mordu et qu'ensuite le bouchon descendit comme une flèche habilement lancée.

    C'était un gros ! Je le laissai filer, et puis, relevant la gaule à la force du poignet, une truite colorée fila dans les airs et se mit à sauter au milieu des ronces coupées et des herbes pleines de rosée.

    (d'après Erckmann-Chatrian)

     

    Doublez le texte (au moins !) grâce à l'ajout d'adjectifs, adverbes, conjonctions, propositions conjonctives, relatives, etc...

    Bref, noyez le poisson !

     

    Pêche aux textes, lundi !

    Une partie de pêche dans la rivière qui serpente autour de ma maison.

    Un jeudi, unejour de congé que j'ai gardé comme habitude d'enfance -je ne m'attelle à mon roman que les autres jours de la semaine, comme une discipline délicieuse que je m'impose- de bon matin, c'est à dire dès l'aube, debout sur une grosse roche plane qui surplombe la rivière  , je laissai paresseusement flotter ma ligne dans le tourbillon des belles eaux claires qui arrivent directement des chutes plus en amont. Ah, quel bonheur, mais n'est-ce pas un grand mot pour de si menus plaisirs ? quand au bout de quinze à vingt interminables minutes, de celles qui semblent durer des heures, en allongeant et retirant lentement  l'amorce  constituée de deux asticots gigotant de concert ,sur l'eau agitée  tout à coup une secousse  brutale et répétée m'avertit que le poisson avait mordu et qu'ensuite le bouchon en liège que j'avais fabriqué moi-même goûtant peu ceux du commerce, descendit vers le fond tapissé d'algues  et de cailloux à cet endroit, comme une flêche habilement lancée.

    C'était un gros, je le mesurai à sa  résistance,  peut-être un saumon remontant le courant ou un brochet en goguette ? Je le laissai filer, lui donnant du fil et suivant sa course folle et désespérée avec ma canne tendue à l'extrême et puis , relevant la gaule à la force du poignet, ce qui me permit de constater comme celui-ci s'était bien remis de ma dernière chute de vélo, une truite colorée étincelante dans l'éclat du soleil levant fila dans les airs et se mit à sauter au milieu des ronces fraîchement coupées  par l'employé municipal chargé de l'entretien des rives  et des herbes pleines de rosée.


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Mars 2019 à 11:20

    Super texte, bien allongé. L'anguille a cueilli la truite !  

    Merci et bonne semaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :