• La terminado del haricodos

    Et dire que je me suis fâchée avec toute ma famille pour lui !  Mes parents n'ont pas accepté que je m'entiche, comme ils disent, d'un mécanicien latino, moi l'héritière d'une famille de notables, fille unique en plus ! J'ai ma mère de temps en temps au téléphone, soit hargneuse, soit pleurnicharde, mais mon père ne me parle plus.

    je dois me contenter de ce petit studio au sixième étage d'un immeuble crasseux et dans ce quartier populaire, moi qui habitais avenue Foch. Au début je trouvais ça amusant, les courses à la supérette du coin, la dinette dans la kitchenette. Je m'en fichais de la douche exigüe et du manque de placards, de toutes façons , en dehors de mon travail chez Papa (qui m'a refusé toute augmentation du coup), c'est plutôt au lit que nous passions notre temps !

    Mais bon, même de ça on a un peu fait le tour, enfin moi surtout ! Beaucoup de choses m'agacent. Déjà sa main de propriétaire sur ma cuisse : je n'appartiens à personne ! Et puis je me rends compte qu'on n'a plus grand chose à se dire . En avions-nous tant que ça avant ? Pas sûr.. Il embrassait divinement et le reste, n'en parlons pas ! Mais maintenant ça commence à me saouler : il veut tout le temps, on croirait qu'il ne pense qu'à ça ! Là, il lit tranquillement, mais dès qu'il aura posé son livre, c'est à dire au bas mot dans un quart d'heure car il n'aime pas lire, il va avoir l'idée, c'est sûr ! Hier soir et ce matin je suis sûre que c'est déjà loin pour lui et que ça commence déjà à le titiller, pfff

    J'aimerais sortir, voir des amis, mais nous n'en avons pas, les miens se sont peu à peu éloignés, aller au cinéma , au théâtre, que sais-je... Il se joue "la Double Inconstance"  à deux rues d'ici. Je lui en ai parlé "Cé dé qui ?" m'a-t-il demandé ""d'un auteur classique : Marivaux" "Oh Mi Amor, tou sais bien  qué yo soy quelqu'oune de moderno ! Yo soy pas allé longtemps à l'école moi ! Allons voir oune western ploutot".

    Un an que je n'ai pas vu une expo ! Je n'arrive même pas à lire sans qu'il m'interrompe tout le temps : "on se fait oune petite calinou mi Amor ?"NON !Pas de calinou ! Plus de calinou ! Mi Amor n'en peut plous des calinous  ! Mi Amor va se casser, et pas plus tard que demain quand il sera au travail, elle va prendre toutes ses affaires et retourner avenue Foch où aucun reproche, aucun "je te l'avais bien dit" ne sera toléré, elle va les briefer dès l'arrivée. Et sur sa lancée, puisque les vacances approchent, Mi Amor partira en vacances avec les copines. Elles aussi seront tellement contentes de la retrouver qu'elles se garderont bien de la contrarier.

    Famille, amis, préparez les réjouissances, l'enfant prodigue est de retour !


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Janvier à 09:56

    Parfois, le veau d'or reste debout, tu es sûre de l'accueil des tiens.

    2
    Lundi 16 Janvier à 10:50

    Un beau moment qui se termine ; pas de chance ! Heureusement, elle peut penser à un ailleurs, un retour aux sources...

    3
    Lundi 16 Janvier à 11:30

    pourvu qu'en vacances elle ne retombe pas sur un mi amor....

    4
    Véro
    Lundi 16 Janvier à 18:55

    Une parenthèse dans sa vie réglée comme du papier à musique ! Papa trouvera peut-être un prince charmant fortuné : elle ne va pas le décevoir une fois de plus tout de même ? C'est fou combien l'amour aveugle... Puis quand on recouvre la vue, quelle horreur !

    5
    Lundi 16 Janvier à 19:52
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :