• le gentleman

     

     

     

    Harold Harvey The letter

     

    Chère Marie-Cécile,

    Je sais que cette lettre va te contrarier mais je pense que c'est préférable à une discussion qui immanquablement tournera à la dispute. Il faut que nous restions toi et moi sur une bonne impression  ne crois-tu pas ?

    Tu m'annonces que tu es enceinte et j'avoue être dubitatif... Si j'ai bonne mémoire nous n'avons eu de relation sexuelle qu'une seule fois, le jour où nous sommes allés au bord de ce lac. Depuis des mois tu te refusais, par quelque coquetterie, obstinément à moi.

    Je conviens que tu étais vierge vu la difficulté que ça a présenté et le peu d'agrément que tu y as trouvé mais rien n'empêche qu'une fois débarrassée de cet obstacle pénible tu ne sois pas allée avec d'autres hommes. Il y a par exemple ce cousin qui te tournait autour, il ne faut pas me prendre pour un imbécile : je ne serai pas le dindon de cette farce !

    Tu me dis que ton père va te tuer ou qu'ils vont te jeter dehors , tu as toujours le don de tout dramatiser ! Tu prendras un bon savon, mérité après tout, et après ils seront tous ravis de t'aider à élever cet enfant, ce ne sont pas des monstres. Mais ne compte pas sur moi pour m'impliquer dans une paternité que je n'ai en aucun cas désirée .

    C'est tout de même incroyable : c'est  toi la première concernée, ce n'était pas à moi de m'inquiéter de savoir s'il y avait un risque ou non ! S'il fallait qu'à chaque fois je m'en enquière où irions nous, nous les hommes ? Enfin, si tant est, et c'est fort improbable, que j'y sois pour quelque chose !

    Ou alors il y a toujours la solution de trouver un médecin compréhensif...je pense pour ma part que ce serait le mieux. Je suis prêt d'ailleurs à participer financièrement, dans une limite raisonnable bien sûr. Ce sera en quelque sorte mon cadeau d'adieu.

    Car oui, tu as bien lu, je préfère que nous ne nous revoyions plus. Tu as de grandes qualités mais je ne suis pas prêt à m'engager. Je suis encore jeune et je veux vivre encore avant de me caser et  fonder une famille.

    Je te l'avoue car je sais que tu comprendras, je viens de rencontrer une femme, une vraie, ne te méprends pas je veux dire par là que toi tu as encore besoin de mûrir, d'assumer ta féminité et ta sensualité encore en sommeil, mais c'est normal car tu es encore très jeune. Laura m'entraîne dans un tourbillon des sens, c'est à chaque fois un éblouissement et elle n'est jamais rassasiée. Tu conviendras que notre pitoyable expérience ne tient pas la route et que tu as besoin de progresser dans ce domaine avant d'espérer retenir un homme. Tu pourras toujours demander à ce cousin boutonneux de t'éclairer sur certains points , ha ha !  Non je plaisante, ne le prends pas mal, je suis sûr que tu finiras par trouver l'homme de ta vie qui saura te rendre heureuse car tu le mérites.

    J'y pense à l'instant : je vais demander à Laura si elle ne connaîtrait pas une adresse pour te débarrasser du problème actuel, c'est une femme qui a vécu. Tu m'as dit que tu avais amassé un petit pécule avec tes élèves de piano, comme je te l'ai dit, malgré mes doutes légitimes, je complêterai, je suis un gentleman !

    Voilà, ma chère, je te ferai parvenir une adresse si je peux et de ton côté tu feras le nécessaire pour balayer ce petit problème. Nous pourrons ainsi chacun repartir du bon pied.

    Et un conseil d'ami : à l'avenir sois plus prudente pour ne pas te mettre dans cette situation que je devine inconfortable.

    Armand


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Juin à 15:10

    beau portrait d'homme ;-)

    2
    Lundi 11 Juin à 18:06

    Quel gentleman ! ... Il a oublié sa paire de gants mais moi j'ai les miens et je lui en enverrai bien un à la figure ! Voire les mains avec !

    Pauvre Marie-Cécile si candide...

    3
    Lundi 11 Juin à 19:39

    Quel gougnafier ! :D

    4
    Sophie
    Mardi 12 Juin à 11:48

    Ah le piètre mâle, qui met ses sentiments .... là ils n'ont rien à faire.

    Elle ne perd pas grand'chose, hors ses illusions !

    Mais bon, il va falloir qu'elle prenne son courage à deux mains.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :