• Le syndrome de W.Allen

     

    devoir de Lakevio du Goût1.jpg

    Il faut que j'arrive à les semer.... Ca ne va pas être facile. Nous sommes sensés nous rendre à l'anniversaire de Mathilde et y rester toute la soirée, Léa, Eve, Karine, Auguste et moi. Je suis toujours scotchée à cette famille. Depuis l'enfance. Leurs parents m'ont prise sous leur aile lorsque je me suis retrouvée seule avec Maman à la mort de Papa. Ils avaient du mérite avec déjà les triplées et leur fils, s'encombrer d'une quatrième fille ! Mais peut être qu'une de plus, une de moins, cela ne faisait pas de différence au fond ? Pour moi si ! Et Maman était tellement rassurée de me savoir en sécurité chez eux lorsqu'elle travaillait tard ou pendant les vacances scolaires.

    Trois filles ce n'est pas un bon chiffre, le fait que je sois beaucoup là évitait pas mal de disputes, nous fonctionnions deux par deux. C'est de Léa dont je me sens la plus proche. Auguste a toujours été un peu à part. Il n'en pouvait plus de toutes ces filles !

    Et ça a été finalement une belle enfance pour moi : une vraie vie de famille et je les considère comme mes soeurs et mon frère.

    Seulement voilà : il y a du nouveau. Cela fait six mois que ça a commencé, en fait le jour de mon anniversaire. Pour mes vingt ans, mes "presque" parents m'avaient organisé une belle fête et comme chacun avait invité des amis nous étions très nombreux et cela a duré toute la nuit. Au petit matin, après le départ des invités, je m'étais endormie un peu pompette sur un canapé et j'ai été réveillée par un baiser et des bras qui me serraient.

    Ce n'était pas Auguste, non, c'était son père. Mon "presque" père, Monsieur de Fontenelle. Mon rêve se réalisait ! Cela fait des années qu'en secret je suis amoureuse de lui. Il est tellement beau avec ses tempes grises. Il m'a dit qu'il s'en était rendu compte et que lui aussi, bien que ce soit une folie, etc etc... Il n'arrêtait pas de s'excuser et moi je me serrais contre lui, et ce qui devait arriver, arriva.

    Nous nous aimons malgré la différence d'âge.

    Il veut que nous partions, loin, très loin, pour commencer une nouvelle vie. Il laisserait sa femme (que j'aime comme une deuxième maman) et ses enfants pour s'enfuir avec moi. Mais comment vais-je arriver à leur dire ? Ca va provoquer un séisme !  "Vous savez quoi ? Je pars avec votre père". Impensable ! Ou bien simplement partir, sans explications, et ne plus revenir, jamais ?

    Nous avons rendez-vous ce soir, il faut que j'arrive à leur fausser compagnie discrêtement pour le rejoindre, sa femme a un tournoi de bridge, nous aurons une partie de la nuit pour nous. La suite ? On verra bien !


  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Octobre à 15:24

    Oulala c'est et va être compliqué ! tu as de ces idées  ! non non, elle ne peut pas faire ça à sa presque deuxième maman !  mais c'est vrai que l'amour  ses raisons... gna gna gna :-)

    2
    Lundi 21 Octobre à 15:32
    le-gout-des-autres

    Elle fait ce qu'elle peut.
    Ils font ce qu'ils peuvent...

      • Lundi 21 Octobre à 21:55

        L'Amûûûûr...

    3
    Lundi 21 Octobre à 17:38

    J'ai toujours pensé qu'il valait mieux ne pas apprendre à jouer au bridge

     

    4
    Mardi 22 Octobre à 11:37
    adrienne

    ouhhh la très mauvaise idée, rien de bon ne peut sortir de là!

      • Mardi 22 Octobre à 21:25

        je crois aussi ....

         

    5
    Lundi 28 Octobre à 14:13
    le-gout-des-autres

    juste pour vérifier que canalblog est en rade

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :