• Les deux nouveaux amis

    Les dix à caser

     

    Serge Fiorio - Lepouvantail

     

    Ecrire un Conte, pour enfants ou adultes, intitulé L'épouvantail, 

    en y incluant les dix mots suivants :

     

    épouvantail (évidemment !)

    cendre

    escargot

    tombereaux

    pourchassait

    fondra

    minuscule

    vantard

    amorce

    Sud-africaine

     

    L'épouvantail s'ennuyait tout seul dans son champ minuscule. "mais à quoi je sers ? il n'y a pas l'ombre d'un oiseau, et à part des escargots, pas âme qui vive par ici".

    C'est alors qu'il aperçut au loin un tracteur tirant des tombereaux de terre. Il devait y avoir des vers dans cette terre parce qu'un gros corbeau pourchassait la remorque.

    Le tracteur s'arrêta à côté de lui et le fermier déchargea sa terre , quasiment à ses pieds. "Tiens se dit l'épouvantail il va enfin se passer quelque chose, je sens l'amorce d'un nouvel événement, tant mieux. Mais en même temps une poussière fine comme de la cendre, soulevée par la terre déversée à ses pieds lui donnait l'envie d'éternuer, atchoum ! "

    "Ha ha ha  se moqua le corbeau en se perchant sur le bout de bois qui représentait les bras de l'épouvantail "à tes souhaits ! "

    "Merci dit l'épouvantail mais tu me chatouilles là. Normalement tu devrais avoir peur de moi ! "

    "Je n'ai peur de rien, s'exclama le vantard et surtout pas d 'un croisillon de bois recouverts de chiffons ridicules !"

    "Ridicules ? Mais pas du tout, ma tenue vient d'une lointaine contrée, ma jupe est sud-africaine  paraît-il"

    " Hé bien c'est drôlement moche ! "

    "Chacun ses goûts maugréa l'épouvantail vexé en tout cas c'est un tissu très résistant, ce n'est pas lui qui fondra au soleil ou se décolorera au fil du temps, on voit qu'il a été concu pour les pays chauds".

    "Pfff pensa le corbeau en lissant ses belles plumes noires avec son bec, moi je suis équipé pour tous les temps, pas besoin d'aller chercher ailleurs. Mais je vais garder cette pensée pour moi, inutile de le vexer , c'est bien d'avoir quelqu'un à qui parler de temps en temp, ce coin est vraîment sinistre".


  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Octobre 2018 à 18:04

    J'aime bien cette histoire bien menée entre un épouvantail qui s'ennuie et un corbeau qui cherche à causer.

    Bravo, Colombine !

    2
    Mardi 30 Octobre 2018 à 09:49

     

    C'est très bien écrit, la lecture est agréable.

    Le dialogue entre le corbeau et l'épouvantail ressemble à des échanges humains entre solitaires, et le corbeau est pragmatique pour tromper sa solitude d'oiseau qui n'est guère apprécié.

     

    Il y a une morale domestique sous-jacente. J'ai beaucoup aimé.

      • Lundi 5 Novembre 2018 à 18:22

        merci Alainx

    3
    julie
    Mardi 30 Octobre 2018 à 12:03

    J'aime ton histoire.. C'est marrant ce que dit le corbeau "un endroit sinistre". Ces pauvres oiseaux, on dit souvent d'eux qu'ils sont des oiseaux de mauvais augure et on ne les imagine que dans des endroits sinistres. Tu sais que je n'aime pas en avoir dans mon jardin. Ma mère y voyait de mauvais présages. Ton corbeau, finalement n'est pas un si mauvais bougre…Je vais les regarder autrement dorénavant.

    Ce devoir ci, comment en faire un truc glauque, non, pas possible..Les épouvantails qui sont faits pour faire peur, nous attendrissent aussi finalement.

    Bonne journée. Le soleil pointe le bout de son nez et la neige a pratiquement toute fondue. Bon, nous n'en avons eu finalement que quelques cm hier soir. Mais, ça "caillait"...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :