• Matricide

    Le jeu de Lakévio

    De l'étoffe, sinon rien !

     

    Etoffer

    1) confectionner en employant toute l'étoffe.

    2) rendre plus abondant, plus riche.

     

    roselyne farail 4

     Roselyne Farail 

     

    "La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide"

     

    Aragon en a fait tout un roman.

    Et vous, saurez-vous en faire... toute une histoire ?...

     

     Enveloppement Développement, lundi

     

    De dos, comme il l'avait aperçue dans le salon de ses parents la première fois, il n'aurait jamais imaginé. 

    Elle avait rejeté ses longs cheveux blonds sur le côté pour passer sa main sur sa nuque et ce spectacle l'avait troublé. C'est toujours l'effet que lui faisait la nuque des femmes. Celles de certaines danseuses le rendaient carrément fou de désir. "Ah, s'était-il dit, pour une fois mes parents, qui se désolent de mon célibat, ne vont pas me présenter une de ces vieilles filles sans charme dont ma mère semble posséder un stock illimité ! "

    Hélas, lorsque Bérénice, car en plus elle s'appelait ainsi, se retourna, il regretta les vieilles filles en question qui n'étaient finalement que banales : sous la cascade de cheveux d'or se dissimulait le plus disgracieux visage qu'il soit : un gros nez en patate, une bouche aux lèvres lippues et des yeux ronds, bleus, certes, mais globuleux, des yeux de poisson mort. Il exagérait à peine.

    "Mon chéri, permets moi de te présenter la fille d'un très cher ami qui a trouvé un travail à Paris mais ne connait pas encore grand monde. Nous comptons sur toi pour lui faire découvrir notre belle Capitale, n'est ce pas ? "

    Il eut envie de tuer sa mère, non, on ne tue pas sa mère, mais par exemple de lui arracher la langue pour la faire taire.

    "Mère, vous savez, je suis très occupé en ce moment avec la préparation de l'Exposition plus la brochure dont on m'a chargé"

    "De quoi s'agit-il ? J'adore l'art " Il sursauta  au son de sa voix rauque, presque masculine.  On voyait que les hormones lui avaient joué quelques tours rien qu'à la pilosité qui ombrait sa lèvre supérieure, la plus boudinée des deux. Pouah...

    Il songea avec nostalgie à Emmeline, remarquable par sa finesse de traits, son corps gracile et sa jolie voix douce, Emmeline qui lui offrait son corps et des nuits torrides à chaque fois que son mari s'absentait pour affaires.

    Mais comment allait-il se dépatouiller de ce guet-apens ? "C'est mon travail , Mademoiselle"

    "Appelle-la Bérénice mon chéri, pas de manières, je suis sûre qu'elle serait très contente de visiter cette exposition ! "

    Non lui arracher la langue ne serait pas suffisant, il pensa à lui couper la tête.

    Et son père, comme d'habitude, qui assistait à la curée d'un air goguenard. C'était un homme, il était donc à même d'évaluer le sex appeal de cette pauvre fille.

    "Maman, je suis désolée, j'étais juste passé en coup de vent, j'ai un rendez-vous dans quelques minutes avec le Conservateur du Musée"

    "Mais tu m'avais dit que tu prendrais le thé avec nous ! "

    " Oui, je sais, je te l'avais dit, mais ça s'est décidé brutalement, je dois y aller... Ce sera pour un autre jour. Au revoir Mademoiselle, ravi d'avoir fait votre connaissance"

    Il s'aperçut qu'il courait dans la rue et comme il n'avait pas de rendez-vous et l'après-midi devant lui, il alla s'asseoir à la terrasse d'un café et s'occupa à regarder passer les jolies femmes, occupation qui finit par lui faire retrouver sa bonne humeur.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Février à 16:13

    Courage, fuyons !  Peut-être, puisqu'il y aura une seconde fois, il saura alors discerner quelque charme secret... ou pas ! hihihi ! Mais quelle idée a cette mère de présenter des laiderons ! Elle veut le garder, son fils...

    Merci, Colombine.

    2
    Lundi 26 Février à 21:20
    Il y a des mères qui ont vraiment des idées bizarres...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :