• une dangereuse délinquante

     

    (le jeu de Lakévio)

     

    robert kenton_nelson_waitingforachange

     

    Le feu vient de passer au rouge. Il protège une seule petite rue sur la droite où il ne passe pas grand monde. La petite bonne femme sur son vélo regarde bien et, voyant qu'il n'y a personne, ne veut pas casser son élan en s'arrêtant pour rien. Dans le panier arrière de son vélo on voit dépasser des poireaux et une baguette de pain. Il fait beau et ça la rend toute gaie.

    Pfuiiiiit

    Deux policiers dans une voiture la doublent et se mettant devant elle la forcent à s'arrêter. Un sort : "Madame vous venez de brûler un feu ! "

    "Heu, oui mais j'ai bien regardé avant"

    "C'est une infraction au code de la route ! "

    " Mais je suis à vélo !"

    "Et alors ? Vous n'êtes pas dispensée de suivre les lois ! Je pourrais vous mettre une amende ! "

    "Je ne le referai plus"

    "Je devrais vous verbaliser"

    "....."

    "Bon, ça va pour cette fois, mais que je ne vous y reprenne plus!"

    "Je peux partir ?"

    Le policier retourne dans sa voiture.

    La petite bonne femme n'en revient pas. Elle pense que dans la cité à quelques km de là, des cailleras terrorisent les populations, elle pense qu'il y a de plus en plus de cambriolages dans le coin, elle pense à la menace terroriste, elle pense aux voitures qui commettent de vrai infractions et mettent la vie de piétons ou d'occupants d' autres voitures en danger.

    Et ça lui rappelle un truc du passé, lorsqu'elle était au Lycée. C'était une bonne élève, un peu timide et pas dissipée pour un sou. Il y avait un professeur extrèmement chahuté. Un jour que des élèves montaient quasiment sur les tables pour faire les clowns, elle avait dû sourire ou quelque chose comme ça. Le professeur s'était écrié : "Mademoiselle C. (elle) vous serez convoquée chez le proviseur ! ". Il n'avait rien dit aux élèves sur les tables par contre.
    Elle n'avait pas très bien  dormi la nuit et le lendemain elle attendait devant la porte du Proviseur. Pas si angoissée que ça finalement car elle trouvait la situation plutôt incongrue.
    Le Proviseur l'a accueillie d'un air sévère et a ouvert son dossier et l'a parcouru. Il s'est adouci, perplexe "je ne comprends pas". "Moi non plus a dit la jeune fille, pourquoi s'en est-il pris à moi alors que toute la classe se déchaînait ? ". Le Proviseur a donné quelques explications vaseuses sur l'âge du Professeur, sa personnalité puis lui a recommandé d'avoir un comportement irréprochable et de continuer à bien travailler.

     

    (c'est du vécu bien sûr)


  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Octobre à 19:18

    Mémé  n'est pas contente de se faire réprimander. Mais, si un bolide était arrivé, hein ! C'est toi le vécu de la classe ? Et oui, souvent les bons élèves sont les têtes de turc, parce que trop sages...

    ps : j'ai encore perdu les traces de ton autre blog. Dommage, j'aimais bien te lire...Vas-tu dans l'Allier pour la Toussaint ? En ce moment, les couleurs sont magnifiques.

    2
    Lundi 23 Octobre à 07:45

    J'aimerais bien mais j'ai mon autre petite fille qui vient pour les vacances. Autrement j'y serais bien allée (bien que mon mari soit moins enthousiaste que moi !). Pour le chemin de mon blog il suffit que tu me contactes par la rubrique "contact" en haut de cette page.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :